Connaissez-vous cette petite voix intérieure qui vous critique et vous juge constamment ?

Bienvenue au club 🙂

La mienne, jusqu’il n’y a pas si longtemps, faisait un vacarme épouvantable !

Heureusement pour moi, il y a quelques années j’ai eu la chance de découvrir le merveilleux livre de Kristin Neff : « s’aimer, comment se réconcilier avec soi-même ». (Ce livre avait été une telle révélation que j’avais immédiatement acheté 10 exemplaires pour les offrir à mes amies).

Dans cet ouvrage, elle nous explique ce qu’est l’autocompassion et comment la pratiquer.

 

L’autocompassion, c’est quoi ?

C’est la capacité de se réconforter, s’apaiser et se motiver avec encouragement quand nous souffrons ou lorsque nous nous sentons inadéquats ou incapables comme nous le ferions avec un ami cher.

Simple me direz-vous. Et pourtant, pour la plupart d’entre nous, c’est extrêmement difficile si pas impossible à mettre en pratique.

Mais comment se fait-il que nous ayons tant de mal à nous accorder de la sollicitude, de la bienveillance et de la compassion lorsque nous traversons une difficulté alors que nous le faisons sans problème pour un ami dans la même situation ?

Une des raisons principales est que nous sommes conditionnés à nous autocritiquer.

Et puis des fois que nous nous laisserions tenter par l’autocompassion, ne prendrions-nous pas le risque de devenir affreusement auto-centré et égoïste ? (Tiens, revoilà la petite voix 🙂 ).

Peut-être serez-vous déculpabilisé en apprenant que, selon la tradition bouddhiste, il est inutile d’espérer prendre soin des autres si l’on ne commence pas par s’occuper de soi.

Pas tout à fait convaincu? Avez-vous pu observer que lorsque vous vous autocritiquez cela n’arrange rien, au contraire, vous vous sentez de moins en moins à la hauteur, du coup vous perdez confiance en vous, et vous finissez par vous venger (bien malgré vous) de vos frustrations sur votre entourage.

Vous l’aurez compris, pratiquer l’autocompassion envers soi non seulement c’est excellent pour notre santé physique et mentale mais c’est aussi faire preuve de bienveillance envers son entourage.

Alors pourquoi se priver ?

Et si dès aujourd’hui vous preniez l’engagement de vous donnez le droit d’être gentil avec vous, de compatir quand vous vous êtes planté ou si vous traversez une période difficile, plutôt que d’en rajouter une couche.

Pour vous aider, je vous partage ici un exercice qui m’a été transmis lors de ma formation intensive en MSC (Mindful Self Compassion, programme mis au point par Kristin Neff).

C’est une pratique informelle que vous pouvez mettre en place à tout moment pour vous aider à vous apaiser et vous réconforter lorsque vous vous sentez mal.

 

« Le toucher apaisant »

Ou comment simplement et rapidement vous apaiser et vous réconforter lorsque vous vous sentez mal. Cette pratique peut se faire debout, couché ou encore assis.

  • Lorsque vous notez que vous êtes stressé, prenez 2-3 respirations profondes.
  • Doucement, placez votre main sur votre cœur en ressentant la douce pression et la chaleur de vote main. Si vous le désirez, placer les 2 mains sur votre cœur
  • Ressentez le mouvement naturel de la poitrine qui se soulève et s’abaisse au moment de l’inspiration et de l’expiration.
  • Attardez-vous aussi longtemps que vous le voulez sur la sensation.

Si vous avez des difficultés à porter une main sur le cœur, sentez-vous libre d’explorer les zones où votre corps se sent actuellement apaisé par un doux toucher.

Par exemple :

  • une main sur votre joue
  • bercer votre visage dans vos mains
  • caresser gentiment votre bras
  • croiser vos bras et vous donner une douce pression
  • 2 mains sur le cœur
  • 1 main sur le cœur et l’autre sur le ventre…

Cette pratique est peut-être toute simple mais (en tout cas chez moi) l’effet est immédiat, rien que le simple geste de me mettre la main sur le cœur, je sens déjà un apaisement.

Sceptique ? Essayez et vous me direz ce que vous en pensez.

Une chose est sûre, pratiquer l’autocompassion a changé ma vie !

 

* Kristin Neff : Aujourd’hui reconnue comme l’une des principaux experts mondiaux sur l’autocompassion, elle a été l’une des premières chercheuses à définir et mesurer l’autocompassion dans un contexte académique. En plus de ses recherches, elle a développé le programme Mindful Self-Compassion (MSC) en huit semaines pour enseigner les aptitudes à la compassion dans la vie quotidienne (programme co-créé avec son collègue, le Dr Chris Germer). Pour en savoir plus sur les programmes de formation :

https://www.pleinementconscient.com/programme-msc1.html

www.centerformsc.org

 

N’hésitez pas à partager cet article, si vous pensez que ça pourrait aider une autre femme.

Commenter