Voici maintenant 5 semaines que nous sommes confinés.
5 semaines que ce virus a fait irruption dans nos vies et mis le monde sur pause.

Depuis notre façon de vivre a radicalement changé, nous avons tous dû nous adapter tant bien que mal.

« Il y a eu un avant et un après le 11 septembre. Un avant et un après la crise des subprimes. Un avant et un après les attentats de Paris, de Bruxelles, de Londres, … Et il y aura un avant et un après le COVID-19. Ce sont des moments charnières, après lesquels la vie reprend le cours d’une certaine normalité… mais une normalité différente. Le monde aura changé. Nous aurons changé… et pour un mieux, si possible…Mais pour l’instant, nous traversons une tempête de sentiments, d’émotions…  ». Laurence Vanhée

Déni, peur, colère, tristesse, …,si vous avez ou êtes toujours envahis par ces émotions peu confortables, vous avez probablement  aussi installé une nouvelle routine et retrouvé, dans le meilleur des cas, une forme de sérénité face à cette situation tout à fait inédite. La plupart d’entre nous ont fini par accepter, ce qui il y a encore quelques semaines nous aurait paru tout à fait inenvisageable : restreindre notre sacro sainte liberté au nom de la solidarité.

Mais de quelle liberté s’agit il ?

Certes, votre liberté de FAIRE est restreinte, mais votre liberté d’ÊTRE, jamais personne ne pourra vous l’enlever car elle est en vous. Et dans cet espace vous avez tous les droits, de penser, de créer, d’aimer, de vivre…
Être libre, c’est être soi. Cette liberté-là ne dépend d’aucune chose extérieure à nous. Alors qui décidez vous d’être pendant et après ce confinement ?

Je suis tombée sur ce graphique, certains d’entre vous l’auront peut-être vu circuler sur les réseaux sociaux. Je le trouve très pertinent, il résume ce que beaucoup de personnes que j’accompagne ont pu me partager ces dernières semaines.

 

Nous ne vivons évidemment pas tous cette « crise »  de la même manière : que l’on soit seul ou en couple, avec des enfants, que l’on travaille, que l’on habite une grande maison ou un minuscule appartement, que l’on soit touché par la maladie, que notre environnement familial soit serein ou dysfonctionnel, mais aussi où nous en sommes dans notre développement personnel et spirituel sont autant de facteurs externes et internes qui évidemment colorent la façon dont nous vivons ce confinement.

Plusieurs personnes m’ont partagé qu’elles s’étaient remise à la peinture, à la sculpture, qu’elle avait repris un instrument de musique trop longtemps délaissé…D’autres m’ont confié à quel point cette « pause » a mis en lumière une situation qui n’était plus juste depuis longtemps. Un conjoint de qui on s’est inexorablement éloigné, un travail trop stressant ou qui n’a plus de sens, une envie de contribuer autrement…

Je vois des amies se lancer avec enthousiasme dans la confection de masques en tissu, des grands-mères organiser des concerts sur leur terrasse ou se démener pour aider les plus démunis, des petits enfants faire les courses de leurs grands-parents, des confrères offrir des accompagnements gratuits pour aider les autres à retrouver la sérénité, gérer la peur, les conflits…bref toutes ces personnes mettent leurs talents au service des autres…

Albert Camus avait raison : « Et pour dire simplement ce qu’on apprendra au milieu des fléaux, c’est qu’il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser. »

Personnellement je suis confinée avec mes 3 grandes filles. Si une partie de moi trouve l’intendance parfois lourde à gérer malgré leur participation active, une autre savoure chaque minute de cette réunion « forcée ». Cela faisait des années que je ne les avais plus eu toutes en même temps à la maison pour une période aussi longue. Je redécouvre la joie de discussions animées, de partager le quotidien tout simplement et de retrouver des moments de complicité devenus trop rares ces dernières années… Je réalise aussi à quel point j’aime mon métier et que plus que jamais ce que je fais a du sens pour moi.

Et vous, où en êtes-vous ?

« Quand tout est incertain, tout ce qui est important devient clair »

Aujourd’hui nous entrevoyons la sortie. Qui avez-vous envie d’être une fois ce confinement terminé ? Je vous partage ici une série de questions pour vous aider à réfléchir et préparer l’après.

– Quelle sera la première chose que vous aurez envie de faire une fois le confinement levé ?

– Quelles sont les activités maintenant suspendues dont vous souhaiteriez qu’elles ne reprennent plus ?

– Qu’est-ce qui vous a manqué ?

– Que souhaiteriez vous continuer ?

– Quelles sont vos prises de conscience ?

– Qu’avez-vous envie d’en faire ?

Une chose est sûre, ce temps de pause à l’échelle planétaire nous offre la possibilité de plonger en nous et plus que jamais aller à la découverte de qui nous sommes et comment prendre notre place dans ce monde en mutation.

Vous sentez peut-être que c’est le bon moment de mettre en place une nouvelle façon d’être et libérer votre plein potentiel  mais vous ne voyez pas trop quoi faire ni comment le faire. Je vous invite à découvrir mon forfait « je me réalise ».

Et si vous vous sentez dépassée, perdue, angoissée face à cette situation inédite, surtout ne restez pas seule face à ces difficultés et prenez rendez-vous pour votre séance de coaching gratuite. Pendant la durée du confinement, tous les vendredis j’offre 3 séances de coaching.
➡️ Intéressée? Envoyez moi un mail à valerie@osetavie.be avec vos disponibilités le vendredi.

N’oubliez pas, il n’est jamais trop tard pour oser vivre sa vie pleinement !

Commenter